Pas rien

Benoît Vincent • Pas rien

Le texte

ISBN 978-2-8145004-26 – 31 pages – 3,49 €
✓ Texte publié en 2011
♨ écriture 2009-2011


Quatrième

« Un détachement, une déchirure… », dit Benoît Vincent de ce récit.

La dérive intérieure, la rupture avec l’aimé – la narratrice trouve Rome, et la ville devient et la rencontre, et la perte. En tout cas la bifurcation.

On retrouve sous la forte tension narrative de ce texte, son rapport avec la ville, l’opposition des personnages, la familiarité que Benoît Vincent a de Blanchot, Quignard, ou Bataille. Dès le premier paragraphe, l’instance du dérèglement – là où glissent et se fissurent les règles – c’est la syntaxe qui en porte trace, et c’est elle tout du long qui sera l’instance de l’égarement, la dé-mesure.

« L’épreuve qu’est l’emprise du langage sur nos agissements, nos habitudes, nos cercles », dit encore Benoît Vincent.

Circulez