Spoon River 174

22 juin 2012




Spoon River, la Rivière Cuillère, ce sont des dialogues des habitants du village qui porte ce nom. Tous : morts. Pour le sommaire des chansons, c’est ici.


Henry C. Calhoun

A Spoon River, j’ai touché au vertige,
seulement au prix de quelle amertume !
Le visage de mon père, assis muet,
comme un enfant, à regarder ses canaris,
et la fenêtre
de la pièce du Juge,
et ses conseils pour n’avoir confiance
qu’en moi-même, et punir Spoon River
pour se venger du tort qu’on lui a fait,
me remplissaient d’énergie furieuse
avides de richesse et de pouvoir.
Mais lui, qu’a-t-il fait sinon m’envoyer sur
les chemins qui mènent au bois des Furies ?
J’ai suivi ce chemin et je vous le dis :
sur la route vous devrez dépasser les Parques,
yeux de l’ombre, tendues sur leur manipulation.
Arrêtez-vous un instant, et si vous voyez
le fil de la revanche se dérouler,
arrachez vite des mains d’Atropos
les cisailles et coupez le fil, de sorte que vos enfants,
et les enfants de leurs enfants, et leurs enfants
n’endossent pas la tunique empoisonnée.

< PrécédentSuivant >


53 total views, 1 views today

Tagged , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>