Spoon River 143

23 mai 2012




Spoon River, la Rivière Cuillère, ce sont des dialogues des habitants du village qui porte ce nom. Tous : morts. Pour le sommaire des chansons, c’est ici.


Batterton Dodyns

Qui sait où ma veuve s’est volatilisée,
de Mackinac à Los Angeles,
à se reposer, à prendre un bain, ou être assise une heure durant
ou plus à table devant des soupes et des viandes,
des gâteaux délicats, des cafés ?
Moi j’ai été fauché dans mes jeunes années
par le surmenage et l’anxiété.
Mais j’ai tout planifié depuis longtemps, quoi qu’il arrive,
mon assurance est à jour,
j’ai quelques économies à la banque,
et un morceau de terre à Manitoba.
Mais à peine ai-je glissé que j’ai eue cette vision
dans un dernier délire :
je me voyais, cloué dans un boîte,
avec une cravate et une boutonnière,
et ma femme se tenait devant la fenêtre
dans un endroit un peu loin, regardant la mer ;
elle semblait si tranquille, rubiconde et grasse,
malgré les cheveux blancs.
Elle sourit et dit à un domestique de couleur :
« Une autre tranche de rôti, George.
Voici un sou pour le dérangement. »

< PrécédentSuivant >


79 total views, 1 views today

Tagged ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>